Le fil conducteur du travail de Marieke s’inscrit dans la mémoire. Celle qui, protégée de l’oubli, laisse ses traces comme des instants survivants du passé.